Sécurisation de ssh par fail2ban

Il semblerait que fail2ban ne bloque pas les tentatives d’authentification par ssh/clé privée. Effectivement, l’authentification sur le ssh de ma « banane » est basée sur ce mode, en ajoutant dans /etc/ssh/sshd.config la config « PermitRootLogin without-password » qui bloque les tentatives de login en root tout en le permettant sur la base d’authentification par clé.
Heureusement, le support de PLESK assure que le risque est inexistant : https://support.plesk.com/hc/en-us/articles/213395289 .

Ouf !

Avancement de mon mémoire de HDR

J’avais quelques jours de congés à prendre les 15 premiers jours de mai.  J’en ai profité pour travailler sur mon mémoire de HDR. J’en suis heureux, j’ai suffisamment avancé pour avoir un vrai premier brouillon complet, sauf la bibliographie.

Le titre de ce mémoire est : « Apports de l’analyse de surface à l’élucidation des mécanismes de dégradation de matériaux d’électrodes pour batteries lithium-ion », mais ça peut encore changer.

Et ci-dessous la trame du cœur du document :

Introduction
Chapitre 1 : caractérisation des matériaux d’électrode
1.1 Accumulateurs Li-ion
1.2 Analyse multitechnique
Chapitre 2 : Evolution d’une électrode au premier cycle
2.1 Lithiation d’une couche mince de silicium
2.2 Lithiation d’une électrode composite Si/C
2.3 SEI d’une électrode composite Si/C
Chapitre 3 : dégradation d’électrodes de silicium en cyclage prolongé
3.1 En demi-cellule
3.2 En cellule complète
3.3 Conclusion
Chapitre 4 : Perspectives et nouveaux axes de recherche
4.1 Développement d’une nouvelle méthodologie
4.2 Applications
4.3 Exemples d’études exploratoires
4.4 Autres pistes
Conclusion générale

 Le point particulier c’est que cette rédaction m’a donné l’occasion de faire mes premiers pas avec LaTeX. Et c’est vrai qu’une fois habitué, c’est un vrai plaisir que d’écrire des documents avec ce « langage » ! Pour ce mémoire, j’ai ainsi utilisé TeXStudio, car il est très convivial, et disponible autant sous Linux que sous Windows. J’ai commencé par m’inspirer des sources LaTeX de la thèse Dorian Depriester  librement disponibles sur son blog (merci à lui), que j’ai modifié pour convenir à la présentation que je souhaitais. J’ai également trouvé les sources LaTeX pour la page de garde correspondant à mon école doctorale (I-MEP2 à l’UJF).

… Et merci à Walter de m’avoir poussé à rédiger sous LaTeX (sans son insistance soutenue je n’aurais pas … insisté 🙂 ) .

Un bon restaurant cubain

Si vous voulez passer un moment gastronomique à Cuba, tout en restant à Lyon, il y a une adresse pour ça : Bodeguita Cubana sur la colline de Fourvière. Boire un mojito en mangeant, ici c’est normal 🙂 . Vous pourrez y déguster de vrais plats cubains, plein de saveurs exotiques et ennivrantes. Je vous conseille le menu Cubano à 27€, pour lequel le plat principal est un « cuissot de porcelet au four mariné à l’orange amère et au miel, élaboré d’après la vraie recette du paysan cubain (5 hrs) » ; et (même si ce n’est pas moi qui l’ai choisi) un dessert qui avait l’air trop bon : le gâteau de coco.

 

Vice Versa, un petit bijou de pièce de théâtre

Le 12 mars je suis allé voir à Lyon, avec un ami, une petite pièce de théâtre qui ne paye pas de mine : « Vice Versa ». Une pièce sur le machisme quotidien et l’identité sexuelle, à vous tordre de rire, mais avec un humour « intelligent ». Le pitch : deux personnages, un homme un peu rustre, et une femme « de pub » soumise aux desiderata d’un collègue hyper-macho, échangent leurs corps lors d’un accident électrique, et là tout va de travers. Que de quiproquo, de situations loufoques et « renversées » hilarantes. Les dialogues sont savoureux, parfois un peu grossiers (mais c’est la situation qui veut ça, les machos ne sont pas tous des Talleyrand) mais tellement drôles qu’on ne voit pas le temps passer.

Il faut absolument aller voir cette pièce, pour prendre une dose de bonne humeur, et aussi supporter cette troupe qui mérite de continuer à jouer aussi longtemps que possible cette petite perle du café-théâtre.

Cette pièce Vice Versa passe au Rideau Rouge sur la colline de Fourvière.

 

Création d’un mini serveur/NAS basé sur BananaPi

Je voudrais décrire rapidement ce qu’il est possible de faire pour se créer un serveur personnel, que l’on peut facilement héberger chez soir, avec moins de 150€ et un peu de matière grise (pour la suite).

A ce jour (février 2016) pour le matériel, il faut :

  1. une carte Banana Pro : carte à 59,90€
  2. Un disque dur 2,5 pouces 1 To disque dur à 59,99 €
  3. Un boitier pour recevoir la carte et le disque durboitier à 6,94€
  4. 1 cable de connexioncâble à 6,94€
  5. Une alimentation 5V/2A : alimentation à 8,68 €
  6. Une carte microSD de 8 Go (classe 10 de préférence pour le système) : carte microSD à 5,90 €

Total : 148,35 €.

Cette carte Banana Pro comporte un processeur ARM double-coeur, 1 Go de mémoire vive, un port ethernet gigabit, un module wifi, un lecteur de carte microSD (type SDXC), et plein d’autres choses encore, mais ce sont ces particularités qui nous intéressent pour monter un serveur personnel. Là-dessus, vous pouvez installer une distribution linux spécialement développée pour ce matériel : l’OS Bananian. Il est facile de trouver des tutoriaux pour installer cette distribution. En réalité, c’est plus ou moins un clone d’un matériel sorti il y a quelques temps déjà, le Raspberry. Finalement, cette Banana Pro est à peine plus chère, mais présente des caractéristiques plus intéressantes pour monter un petit serveur chez soi.

Une fois le système installé, vous pouvez installer des tas de logiciels pour vous simplifier la vie et garder vos données « chez vous » !

  • Lighttpd est un petit serveur web « relativement » facile à configurer, et très léger et adapté à une telle configuration matérielle !

  • Postfix/Dovecot vous permet d’héberger un serveur de courriel chez vous ! Pour cela il faut il est vrai acheter un nom de domaine, mais ces temps-ci, ça ne coute vraiment pas cher : chez OVH, un domaine .fr coûte 8,39 € /an !

  • Samba et NFS sont des serveurs de fichiers qui très utiles pour partager des données.

  • Transmission est un client bittorrent, accessible avec plusieurs logiciels de façon graphique ! Il permet ainsi de lancer des téléchargements et d’éteindre le PC après, seul le serveur tourne et télécharge, c’est quand même plus écologique 🙂 !

  • Owncloud vous permet d’héberger un « cloud » chez vous ! Vous n’êtes plus confrontés aux problèmes de confidentialité induits quand vous utilisez les services de Dropbox, Box, Copy, Drive etc.

  • Piwigo est un logiciel de galerie photo pour le web, absolument génial.

  • WordPress pour héberger votre propre blog chez vous.

  • Roundcubemail pour lire vos courriels à partir d’un navigateur.

Même « gavé » de tous ces serveurs/logiciels, la petite machine, une fois bien configurée, ne bronche pas, et tourne sans faillir. Il est préférable de l’alimenter il est vrai sur un petit onduleur qui va grossir un peu le prix, mais le jeu en vaut la chandelle, et vous pouvez toujours utiliser l’onduleur pour d’autres matériels sensibles. Et vous avez des ports USB sur lesquels vous pouvez installer un disque dur externe pour faire un backup complet du disque principal et être totalement à l’abri d’un crash éventuel de celui-ci. Avec l’outil rsnapshot, c’est rapide et sans douleur.

Globalement, pour l’aspect configuration, c’est un peu plus compliqué qu’un NAS (serveur de stockage en réseau), mais c’est aussi beaucoup moins cher (surtout à performances équivalentes), ça consomme beaucoup moins d’électricité (une alimentation de 10W est presque surdimensionnée), c’est beaucoup plus facile de mettre en place et maintenir les dernières versions stables des logiciels, et finalement on réussit à trouver tout ce qu’il faut sur la toile pour ces configurations. J’y reviendrai dans un prochain billet.

Batch conversion of TIF files

It can be interesting to use the command line sometimes for batch conversion of image formats, when using linux-based OS. For example, to convert a directory filled up with TIF files into JPG files, you can do this:

eric@berlin:~/Images$ mkdir JPG_converted
eric@berlin:~/Images$ for i in *.tif ; do convert -quality 100 "$i" "JPG_converted/${i%.*}.jpg" ; done

Quick and easy!

Une réflexion intéressante sur les réseaux sociaux académiques

Jusqu’à présent, j’utilisais surtout ResearchGate, il y a aussi comme alternative Adademia, mais l’article suivant fait réfléchir.

Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques

Il existe une alternative institutionnelle, mais elle n’a pas les mêmes options (pour l’instant) que ResearchGate : HAL. Ce débat je l’ai découvert sur OpenArchiv et ils conseillent de déposer les publications sur HAL et de faire des liens sur celles-ci à partir des réseaux RG ou Academia. Il faut que je lise tout ça pour me faire une idée plus précise.

Publication acceptée !

Notre article sur l’étude de l’insertion de lithium dans le silicium en tant que matériau d’électrode pour batteries Li-ion par spectroscopie ToF-SIMS vient d’être accepté dans Chemistry of Materials !

Nous sommes très heureux de cet événement :

 

  •  le retour d’un des deux reviewers a été, mais alors, très positif. On avait bon espoir après avoir lu ce rapport :

« This is a truly wonderful paper; I rarely see anything this good.  The authors brought a whole suite of relevant technologies to bear on the problem, including difficult techniques such as TOF-SIMS and TEM.  The authors also pushed the data very hard, as when they calibrated their TOF-SIMS data with Auger, to extract the maximum amount of information from their data.  Congratulations. »

 

 

  • cette revue est excellente. Ok ce n’est pas « Nature », mais elle se positionne particulièrement bien, en 6e position dans un classement des meilleures publications en science des matériaux basé sur le H index, quasiment au même niveau qu’un « Nature Materials ».
ranking
Classement de revues en science des matériaux

Tatouage

Ca y est, mon tatouage est terminé… Enfin, presque. Il restera des retouches à faire, mais pas avant le mois d’avril. Le motif, c’est un margouillat, encore appelé un gecko.

Tatouage gecko

Le gecko est un symbole de régénération, d’adaptabilité et de survie. Cet animal, plutôt ce symbole, enseigne à l’homme que pour survivre il doit être capable de s’adapter à toute situation et de trouver toujours la force d’aller de l’avant, même dans des situations difficiles.

Et cela correspond bien à ma situation ces dernières années.